21 outubro, 2010

African Voices Unite Against UNESCO-Obiang Prize

 

Les membres du Conseil Exécutif de l’UNESCO
Siège de l’UNESCO
7, Place de Fontenoy
75352 Paris 07 SP
France

Cc : Irina Bokova, Directeur-Général de l’UNESCO ; les membres de la Commission de l’Union Africaine
Le 11 octobre 2010
RE : Le Prix International UNESCO-Obiang Nguema Mbasogo pour la Recherche en Sciences de la Vie

Chers membres du Conseil Exécutif,

Nous, soussignés citoyens équato-guinéens, en association avec les soussignés lauréats, chercheurs, scientifiques, intellectuels, défenseurs des droits de l’homme, et autres personnes et organisations concernés à travers le continent Africain, vous écrivons pour vous exhorter à annuler le Prix International UNESCO-Obiang Nguema Mbasogo pour la Recherche en Science de la Vie.
La décision prise le 15 juin par le Comité Exécutif de repousser la remise de ce prix hautement controversé a constitué un pas dans la bonne direction, mais il est nécessaire de faire encore plus de façon à abolir permanemment le prix UNESCO-Obiang lors de la prochaine réunion du Conseil Exécutif en octobre.
L’existence de ce prix est en contradiction avec la mission de l’UNESCO, et constitue un affront aux Africains qui, partout dans le monde, oeuvrent à l’amélioration des conditions de vie dans nos pays. L’UNESCO définit son mandat et ses activités pour le soutien à l’éduction, à la science et à la culture comme visant à promouvoir « le respect des droits de l’homme, le respect mutuel et la lutte contre la pauvreté ». Malheureusement, les actions du président Obiang – auquel le prix UNESCO-Obiang doit son nom et son financement – contredisent l’ensemble de ces honorables objectifs.
Nous souhaitons également faire entendre notre inquiétude concernant les informations émanant de certains médias qui affirment que l’UNESCO serait en train d’envisager de transférer la mise en oeuvre de ce prix à l’Union Africaine. Conférer à ce prix une quelconque légitimité – fut-ce par le biais de l’UNESCO, de l’Union Africaine ou de toute autre entité – constituerait un dommage tout aussi certain pour le progrès des droits de l’homme en Afrique.
En tant que 4e producteur de pétrole d’Afrique sub-saharienne, doté du PNB par habitant le plus élevé du continent, la Guinée Equatoriale et son gouvernement ont une responsabilité particulière dans l’amélioration de la vie de leur population, y-compris en satisfaisant aux objectifs de développement des Nations Unies et de l’Union Africaine concernant la mortalité infantile et maternelle.
Pourtant, et d’après les propres chiffres fournis par la Guinée Equatoriale, plus de 75% de sa population vit sous le seuil de pauvreté. Les besoins les plus fondamentaux en matière d’accès aux soins et à l’éducation demeurent non-satisfaits pour la vaste majorité des habitants du pays. La Guinée Equatoriale a le taux de mortalité infantile le plus élevé du monde, et les statistiques du Programme pour le Développement des Nations Unies montrent que les dépenses de la Guinée Equatoriale pour l’éducation sur la période 2000-2007, en pourcentage des dépenses publiques, restent les plus basses du monde. De surcroît, l’inégalité hommes-femmes en matière d’accès à l’éduction demeure problématique, comme l’ont rappelé plusieurs nations Africaines lors de l’Examen Périodique Universel du Conseil des Nations Unies pour les Droits de l’Homme consacré à la Guinée Equatoriale et tenu à Genève en décembre. Enfin, et alors que le prix UNESCO-Obiang a été créé en vue d’améliorer la qualité de vie, il n’existe aucun centre de recherche en Guinée Equatoriale qui soit à même de permettre à un citoyen équato-guinéen de remporter ce prix.
Clairement, la Guinée Equatoriale ne consacre pas ses revenus pétroliers à sortir ses citoyens de la pauvreté et du désespoir. L’idée même d’un tel prix ignore les manquements graves et répétés à la satisfaction des besoins économiques et sociaux de base en Guinée Equatoriale, ainsi que le fait que les libertés fondamentales – comme la liberté d’opinion et d’association, l’interdiction de la torture et de la détention arbitraire, ou le droit à une justice impartiale – y sont quotidiennement bafouées dans la plus totale impunité. Par exemple, le Groupe de Travail des Nations Unies sur l’usage des mercenaires avait condamné fermement, le 21 août 2010, l’exécution de quatre citoyens équato-guinéens, relevant que cette dernière était consécutive à « un procès [militaire] sommaire et irrégulier » et que « la peine prononcée avait été exécutée le jour même, interdisant ainsi aux accusés toute possibilité d’appel. » D’après Amnesty International, les 4 hommes avaient été enlevés au Bénin où ils vivaient avec le statut de réfugiés, puis soumis à des mois de torture en détention secrète avant leur procès. Cette récurrence d’abus graves soulève de sérieuses questions eu égard aux engagements à des réformes pris par le président Obiang.
Nous croyons que l’impulsion vers une solution aux problèmes de l’Afrique doit venir des Africains eux-mêmes, en partenariat avec les autres citoyens de la planète. La responsabilité première des dirigeants africains est d’améliorer les conditions de vie des millions d’hommes sur le continent. De nombreuses initiatives novatrices sont désormais en cours en Afrique dans les domaines de la science, de l’éducation et des arts. C’est pour cela que le détournement des richesses qui devraient bénéficier aux équato-guinéens à seule fin d’alimenter un prix en l’honneur du président Obiang va à l’encontre des objectifs de défense de la dignité humaine qui sous-tendent les missions de l’UNESCO et de l’Union Africaine.
Nous vous demandons donc respectueusement, au nom du peuple équato-guinéen et de tous les africains défenseurs des droits de l’homme, d’annuler purement et simplement le prix UNESCO-Obiang. Nous vous demandons également d’user de tous les moyens à votre disposition pour vous assurer que les fonds concernés seront investis dans le développement des systèmes de santé et d’éducation en Guinée Equatoriale. Ce type d’investissement pourrait permettre à la Guinée Equatoriale de devenir, un jour, un authentique acteur du progrès scientifique et intellectuel.
Nous vous remercions de votre considération, et vous invitons également à demeurer en contact avec l’ensemble des signataires de cette lettre via Tutu Alicante (tutu@egjustice.org).
Veuillez agréer Madame la Directrice-Générale, chers membres de la commission de l’Union Africaine, l’expression de nos sentiments les plus distingués.

Desmond M. Tutu Archbishop Emeritus of Cape Town, Nobel Peace Prize Laureate (South Africa) Dr. Wole Soyinka Nobel Literature Prize Laureate (Nigeria) Dr. Graça Machel (South Africa) Dr. Chinua Achebe Novelist and Poet (Nigeria) John Githongo Anti-Corruption Campaigner (Kenya) Makau W. Mutua Dean and Distinguished Legal Scholar (Kenya) Dr. Chaloka Beyani Senior Lecturer of International Law, UN Special Rapporteur on the Human Rights of Internally Displaced Persons (Zambia) L. Muthoni Wanyeki Executive Director, Kenyan Human Rights Commission (Kenya) Dr. Kwame Karikari Executive Director, Media Foundation for West Africa (Ghana) Chidi A. Odinkalu Legal Scholar (Nigeria) Akwasi Aidoo Executive Director, TrustAfrica (Ghana) Andrew Mwenda Journalist (Uganda) Firoze Manji Executive Director and Editor in Chief, Fahamu (Kenya) Rafael Marques de Morais Journalist (Angola) Fred M’membe Senior Journalist and Editor (Zambia) Raymond Louw Journalist, Press Council Chairman (South Africa) Véronique Tadjo Writer (Cote-d'Ivoire) Djaffar Sahi Teacher (Algeria) Lounes Abdous Teacher (Algeria) Carlos Gomes Ngondi Sucami Human Rights Defender (Angola) Joseph Desiré Otabela Scholar (Cameroon) Victorien Lavou Scholar (Central African Republic) Clement Akasi Animan Academic (Cote-d'Ivoire) Emmanuel Umpula Human Rights Defender (Democratic Republic of the Congo) Abbe David Luhaka Human Rights Defender (Democratic Republic of the Congo) Basil Wango Mutomoyi Léonard Human Rights Defender (Democratic Republic of the Congo) Felicien Mbikayi Cimanga Human Rights Defender (Democratic Republic of the Congo) Patrick Kikandi Mulemeri Human Rights Defender (Democratic Republic of the Congo) Raphael Wakenge Ngimbi Human Rights Defender (Democratic Republic of the Congo) Dieudonné Tshimpidimbua Human Rights Defender (Democratic Republic of the Congo) Dr. Adolfo Obiang Biko Mathematician and Engineer (Equatorial Guinea) Eugenio Nkogo Professor Emeritus of Philosophy (Equatorial Guinea) Donato Ndongo Bidyogo Writer and Journalist (Equatorial Guinea) Franciso Zamora Loboch Writer and Journalist (Equatorial Guinea) Juan Tomás Ávila Laurel Writer (Equatorial Guinea) Dr. Justo Bolekia Boleka, Ph.D. Senior Professor and Writer (Equatorial Guinea) Dr. Humberto Riochi Bobuiche Sociologist (Equatorial Guinea) Enrique Okenve Martínez, Ph.D. Professor (Equatorial Guinea) Jose Luis Nvumba Mañana Lawyer (Equatorial Guinea) Jose Luis Ndongo Andeme Lawyer (Equatorial Guinea) Celestino Okenve Ndo Professor (Equatorial Guinea) Matias Nso Roca Engineer (Equatorial Guinea) Aquilino Nguema Ona Nchama Journalist (Equatorial Guinea) Marcelo Nsue Asogo Military Veteran (Equatorial Guinea) Luciano Ondo Nguema Retired Police Officer (Equatorial Guinea) Honorato Maho Chuaha, M.D. Physician (Equatorial Guinea) Abelardo Etingüe Maho Engineer (Equatorial Guinea) Alfonso Oyono Techonology Technician (Equatorial Guinea) Angel Custodio Esono Law Student (Equatorial Guinea) Narciso Ndjondjo Muadacucu Lawyer (Equatorial Guinea) Gregorio F. Oye Ngono Professor (Equatorial Guinea) Eduardo Erimo Physician (Equatorial Guinea) Damaso Evuy Engineer (Equatorial Guinea) Ildefonso Mico Abogo Accountant (Equatorial Guinea) Pedro Nolasco Obama Nkara Journalist (Equatorial Guinea) Miguel Eson Eman Civil Servant (Equatorial Guinea) Narciso Osa Physician (Equatorial Guinea) Mauricio Nsue Angué Civil Servant (Equatorial Guinea) Samuel Mba Mombe, M.D. Physician (Equatorial Guinea) Fernando Abaga Edjang Economist (Equatorial Guinea) Antonio Ntutumu Obono Businesowner (Equatorial Guinea) Mariano Elo Angue Busines Owner (Equatorial Guinea) Santiago Campanet Segorbe Interpreter (Equatorial Guinea) Loreto Campanet Segorbe Teacher (Equatorial Guinea) Juan Manuel Davies Eiso Writer (Equatorial Guinea) Andrés Esono Ondo Sociologist (Equatorial Guinea) Abaga Edu Okue Criminologist (Equatorial Guinea) Francisco Nvara Ondo Student (Equatorial Guinea) Octavio Ndongo Student (Equatorial Guinea) Wenceslao Mansogo Alo, M.D. Physician (Equatorial Guinea) Lorenzo Edu Makuy Physician (Equatorial Guinea) Evaristo Oko Kongwe Professor (Equatorial Guinea) Enenge A'Bodjedi, M.D. Physician (Equatorial Guinea) Fameyong Salet Chemist and Lawyer (Equatorial Guinea) Ladislao Obiang Ndoho, M.B.A. Business Professional (Equatorial Guinea) Rafael Evita Ika Lawyer (Equatorial Guinea) Julio Ndong Ela Mangue Supreme Court Chief Justice Emeritus (Equatorial Guinea) Severo Matias Moto Nsa Teacher and Politician (Equatorial Guinea) Amlio Alfredo Buaki Botuy, M.D. Physician (Equatorial Guinea) Gabriel Nsé Obiang Obono Military Veteran (Equatorial Guinea) Pamela Idjabe M. Student (Equatorial Guinea) Denis Mbueha Muebake Student (Equatorial Guinea) Xavier Menenov Avila Nurse (Equatorial Guinea) Lucas J. Olo Fernandez Lawyer (Equatorial Guinea) Santiago M. Engono Esono Political Activist (Equatorial Guinea) Cesar Kopoború Tokule Activist (Equatorial Guinea) Vicente Mabale Ituka Political Activist (Equatorial Guinea) Fernando Dikens James Social Worker (Equatorial Guinea) Remigio Mpá Sipaco Retired Teacher (Equatorial Guinea) Gustavo Eduardo Okenve Martinez Journalist (Equatorial Guinea) Lucia Ada Okenve Esthetician (Equatorial Guinea) Raquel Oyana Okenve Lawyer (Equatorial Guinea) Pilar Moyong Okenve Ph.D. Candidate (Equatorial Guinea) Jose Maria Okenve Ramos Student (Equatorial Guinea) Teodora Alicante Student (Equatorial Guinea) Tutu Alicante Leon, JD. LLM. Lawyer (Equatorial Guinea) Remei Sipi Mayo Writer and Activist (Equatorial Guinea) Felipe Ndong Ecuada Political Asylee (Equatorial Guinea) Santiago Ecua Mba Political Asylee (Equatorial Guinea) Simón María Nsue Mokuy Political Asylee (Equatorial Guinea) Ricardo Ecua Mba Nguema Political Asylee (Equatorial Guinea) Miguel Obama Ndong Political Asylee (Equatorial Guinea) Isabel Obono Ndong Political Asylee (Equatorial Guinea) Manuel Osa Mba Political Asylee (Equatorial Guinea) Angel Elo Ndong Political Asylee (Equatorial Guinea) Lucas Oyono Nsue Political Asylee (Equatorial Guinea) Pedro Esono Masie Political Asylee (Equatorial Guinea) Antonino Mbomio Bakale Political Asylee (Equatorial Guinea) Evaristo Nsue Esono Political Asylee (Equatorial Guinea) Laban Obama Abeso Political Asylee (Equatorial Guinea) José Manuel Ibolo Kombe Refugee (Equatorial Guinea) Dorothy Odartey-Wellington Academic (Ghana) Isabella Nyangule D Wandati Human Rights Defender (Kenya) Maurice Ouma Odhiambo Human Rights Defender (Kenya) Idris Lamkadem Academic (Morocco) Alderrahman El Fathi Scholar (Morocco) Safiatou Amadou Hima Academic (Niger) Chibuzo C. Ekwekwuo Lawyer (Nigeria) Bamidele Aturu Lawyer (Nigeria) Okeoma Ibeneme Human Rights Defender (Nigeria) Harrison Oronsaye Labor Activist (Nigeria) Victoria Ohaeri Human Rights Defender (Nigeria) Kabinet Cissé Human Rights Defender (Republic of Guinea) Christian Mounzeo Human Rights Defender (Republic of the Congo) Awa BA Human Rights Defender (Senegal) Abu A. Brima Human Rights Defender (Sierra Leone) Paul Graham Executive Director, Institute for Democracy in Africa (South Africa)

Nenhum comentário:

Postar um comentário